• Home
  • /
  • Blog
  • /
  • Mère VS Système français

Mère VS Système français

Après la naissance de mon fils j'ai décidé de prendre un congé parental. Ça a été majoritairement mon choix car j'arrivais difficilement à m'en séparer, mais aussi car la recherche d'un mode de garde était loin d'être évidente. Au travail, selon le planning, je pouvais commencer à 5h00 du matin ou bien terminer à 23h15. De plus mes jours de repos n'étaient pas fixes. Donc je pouvais travailler n'importe quels jours de l'année. 

Imaginez vous trouver une crèche ou une nounou qui accepte de travailler avec un planning qui changent chaque semaine et, cerise sur le gâteau, qui accepte de travailler les week-ends et jours fériés !

Supposons que j'aurais trouvé cette licorne, vous vous rendez bien compte qu'elle m'aurait coûté un bras ; voire un bras et une cuisse.

Du coup le congé parental semblait être une bonne alternative. Mais il faut assumer de passer au statut "d'inactif", comme ils disent. Eh oui, élever ses enfants n'est officiellement pas un emploi, pas même une activité. Et on passe aux yeux de la société pour des femmes qui ne font rien. Ce n'est pas au goût de toutes les mamans et je le comprends très bien.

Du coup on peut penser que les mamans qui reprennent le travail après leur congé maternité sont du bon côté de la barrière...
Mais c'est là que c'est moche, car ce n'est pas le cas. Elles aussi sont mal vues. Et la même société les regarde cette fois avec des yeux les qualifiant de mères indignent qui ne restent même pas à la maison pour garder leur tout petit.

Quel que soit votre cas, il y aura toujours une partie de la société qui ne sera pas dans votre situation et qui en profitera pour vous juger. En gros, devenir mère c'est forcément être à la mauvaise place.

Et c'est bien dommage car, si cette dite société prenait le soin de donner une vraie place à ses mères, elle pourrait y trouver son compte.

Partons du pari fou que le statut de mère et tout ce qui relève de la famille, soit mieux soutenus. Ça donnerait quoi?


Pour les mères qui décident de rester au foyer...

Ce serait un choix, donc beaucoup mieux vécu que lorsque c'est par nécessité. On aurait des mères physiquement et psychologiquement présentes pour leurs enfants. Elles pourraient pleinement s'épanouir dans cette tâche.
Et surtout, elles auraient du temps. Ce n'est vraiment pas négligeable. Rappelons si c'est nécessaire que l'école nous reproche de devoir élever nos enfants à notre place. Certes je les comprends, les enfants vont à l'école pour apprendre de nouvelles connaissances et non pas pour faire leur éducation de base.

Mais bon, dîtes vous bien qu'un parent qui n'a pas de temps, ne va pas vouloir le passer à faire la police avec son enfant. Il va soit crier tout le temps car il est lui-même déjà à bout, soit il va laisser passer des comportements qu'il ne cautionne même pas. Tout ça car il n'a pas la force, le courage et l'envie de partir "en guerre" pour se faire écouter.

Alors évidemment vous allez me dire qu'il y a des façons de faire qui permettent d'élever son enfant sans s'empoter, sans crier et qui apporte calme et sérénité au sein du foyer.
Je vous l'accorde mais il faut quand même se rendre compte aussi que certains enfants sont plus faciles que d'autres et que certains environnements sont plus propices à ce type d'éducation.

Si vous pensez que le résultat d'une éducation ne dépend que des parents, faites plusieurs enfants, essayer de leur donner la même éducation et vous verrez que vous n'aurez pourtant pas les mêmes résultats. Et je dis bien "essayer" car notre éducation change avec le temps, l’époque, le fait qu'on prend de l'âge et la personnalité de l'enfant.

Ceci étant dit, les façons de faire hyper zen pour élever ses enfants sont bien sûr plus simples à appliquer lorsque l'on a du temps et que nous sommes nous-même zen.  Combien de maman ont ce luxe ?

A l'heure actuelle, une mère qui prend un congé parental n'a pas le droit d'avoir une autre activité. Il lui est juste autorisé de faire des formations ou de devenir assistante maternelle. Du coup, ça ne laisse pas beaucoup de choix. Pourquoi ne pas laisser les personnes au foyer créer leur propre business pour augmenter leurs revenus et du coup, leur pouvoir d'achat ?
Ça pourrait au moins être le cas pour les employés qui avaient le droit de se mettre à leur compte avant le congés parental.
Actuellement, ce congé parental nous oblige à compter les fonds de tiroir tous les mois au lieu de promouvoir de nouveau créateurs d'entreprise et de leur payer moins ou aucunes d’allocations. Où est la logique ?

Et le top serait que les pères aussi soient plus libres de décider de rester à la maison pour s'occuper de leurs enfants sans avoir peur d'une chute libre financière au sein du foyer.  De plus, ils ne seraient pas gênés du regard des autres car cette façon de faire serait rentrée dans les mœurs.


Pour les mères qui reprennent leur activité ...

Un certain nombre de place en crèche seraient libérées par celles qui choisissent de rester au foyer. Ce qui pourrait dire moins de galère pour trouver une crèche ou une nounou qui nous convient.

Les femmes pourraient donc décider d'avoir des enfants sans mettre en péril leur carrière. Sans prendre le risque d'être mises au placard à leur retour ou qu'on leur impose subtilement de se débrouiller pour ne pas tomber enceinte.
Plusieurs années d'études, puis des années à s'impliquer dans un emploi, dans une entreprise, et finalement tout est remis en question dès la grossesse. Voilà pourquoi on se dit toujours qu'on attend le "bon moment" pour tomber enceinte mais qu'on se rend compte que ce n'est jamais le cas.
Pour celles qui n'ont pas eu à passer par là, sachez que vous avez de la chance. Une chance que beaucoup de mère vous envie.

Actuellement des lois existent pour que les heures et postes soient aménagés pour les femmes enceintes. Et il est légalement possible d'allaiter ou de tirer son lait sur son lieu de travail. Mais la réalité est plus compliquée car certaines entreprises ne peuvent pas le mettre en pratique (fournir le lieu, le temps, le frigo...) et d'autres ne veulent pas.

Et ce n'est même pas la peine de parler du regard des autres. Cela reste le plus compliqué à changer. On pourrait croire que c'est un manager de sexe masculin qui y serait le plus hostile mais pas forcément. Les collègues féminines sont parfois bien pires. (Ça, ça fait partie des notions qui me dépassent).

Dans ce monde idyllique que je vous dépeins, les horaires de travail en entreprise seraient réellement respectées.
Car je ne vous parle pas du cas des mamans cadres qui ont des horaires, sur leur feuille de paie, mais qui sont "engagées à un résultat" peu importe leurs heures réalisées.



Malheureusement nous n'en sommes pas là et une faible quantité de mamans vit son statut de mère comme elle le voudrait.
J'aimerais beaucoup contribuer à ce que cette quantité augmente. Il y a forcément des biais. J'y réfléchis.


Mais en attendant...

Au plaisir !